Mali : la petite albinos disparait, le pilon magique parle et la ville s’embrase

Le jeudi 27 avril 2017, les élèves de  M’Pessoba, localité située à 45 km de Koutiala, en 3ème région du Mali,  ont saccagé le poste de gendarmerie de la localité, la mairie et plusieurs autres endroits. Les manifestants motivent leur acte par le silence coupable des autorités dans une affaire de disparition d’une fillette albinos en début d’avril 2017.

la petite albinos disparait, le pilon magique parle et la ville s’embrase

Disparition de la petite Albinos

En effet, c’est depuis cette date que Wassa Coulibaly, âgée de 6 ans et albinos est portée disparue. Ses parents alertent les autorités mais l’enquête piétine et ils s’impatientent. Les populations s’invitent alors dans le dossier. Selon, elles, les autorités négligent l’affaire Wassa. Alors pour mettre la pression sur les autorités, les femmes de M’Pessoba organisent une marche de protestation. Elles demandent la diligence de l’enquête concernant ce qu’elles appellent la disparition de leur fillette Wassa.

Le pilon magique parle

Malheureusement, les choses continuent à trainer. C’est ainsi que les parents décident de passer par le mystique pour tirer l’affaire au clair. Ils se confient au pilon magique du village. Ce pilon, selon la légende, à le pouvoir de dénoncer les personnes coupables de tout type de délit. Les gardiens du pilon, après leurs cérémonies mystiques, voient la main d’une certaine Aminata Coulibaly derrière la disparition de la pauvre Wassa. Immédiatement, la nouvelle atterrit sur la table du commandant de la brigade du coin. A ce dernier, les populations exigent d’arrêter séance tenante la nommée Aminata Coulibaly. Mais le CB refuse de donner une suite positive à cette requête. Les populations se fâchent et demandent au maire Kalifa Coulibaly de faire tout pour mettre Aminata Coulibaly hors état de nuire. Le maire aussi refuse et exige de la population la confiance à la justice à qui revient le travail.

La ville s’embrase

L’affaire est ainsi portée devant le tribunal de grande instance de Koutiala. Le juge d’instruction, chargé de l’affaire fait comprendre aux plaignants que la nommée Aminata ne saurait être considérée comme coupable sur la base de dénonciation d’un pilon, fut-il, magique. Cependant, le juge promet de mener les enquêtes pour trouver le coupable de la disparition de la petite Wassa. Cette décision du juge n’a apparemment pas été du goût de la population. En effet, deux jours après cette décision du juge, c’est à dire le 27 avril, les élèves, à la suite de leurs mères, descendent dans les rues pour manifester. La gendarmerie intervient et les choses se gâtent. Le domicile du maire, les locaux de la mairie, le poste de garde de la gendarmerie et le domicile de la présumée coupable partent en fumée.

Plusieurs personnes interpellées

Le procureur de la république de Koutiala ouvre une enquête. La gendarmerie procède à plusieurs interpellations. Parmi, les personnes interpellées figurent le nommé Seydou Coulibaly, directeur de la radio M’Pewo. Il lui est reproché d’avoir incité à la violence. Plusieurs autres interpellés que nous avons pu rencontrer dans les locaux de la gendarmerie accusent  certains gendarmes de les avoir torturés. « Ils nous ont même obligés de boire de l’alcool après qu’on ait été aspergé d’alcool » ont-ils ajoutés. Ils se disent tous innocents et restent convaincus qu’ils n’iront pas en prison sur la base de simples suspicions.  Voici, une occasion pour les associations de défense des albinos de montrer leurs muscles dans un pays où, le sacrifice de l’albinos est considéré comme un moyen de réussite.

La situation des Albinos au Mali

Au Mali, tout comme dans bien d’autres pays africains, les albinos sont parfois victimes de meurtres et d’enlèvements mystérieux liés à des croyances ancestrales. Une fois tués, des parties entières de leur corps sont enlevées ou découpées en morceaux, pour servir d’offrandes à des sorciers, à des prétendus djinns. D’autres parties sont utilisées pour préparer des potions vendues à des hommes d’affaires ou politiques. Dans certaines croyances d’une autre époque, on raconte que «boire ce liquide rendrait riche et beau pour l’éternité…Cependant, au Mali, il n’existe pas de statistiques fiables sur le nombre d’Albinos qui disparaissent par an.  La longue lutte des associations de défense du droit des albinos, notamment  celle dirigée par le célèbre chanteur Salif Keita, la superstition tend à disparaitre  au Mali.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*